poil à gratouiller

livres, films, économie...

posté le 02-06-2013 à 21:05:01

Les chats persans

Diffusé il y a peu sur Arte, le film "les chats persans" montre   des musiciens iraniens qui essaient d'obtenir des visas pour quitter le pays. On les suit dans leurs démarches et leurs rencontres avec d'autres musiciens dans un Iran underground qui bouillonne à l'énergie dépensée pour la musique et  la liberté. On découvre toute une jeunesse  qui se bat et risque gros face au pouvoir mais  qui gagnera avec le temps. On pressent   que les mollahs seront balayés un jour, même si ce n'est pas pour demain, par cette génération  qui vit à l'heure d'internet et a d'autres aspirations que la précédente.
 
 
 
 


 
 
posté le 28-05-2013 à 14:35:26

le démon du soir ou la ménopause héroique

 

 

 

 

 

Vu aujourd'hui sur "Allô, docteurs" un reportage sur cette BD produite par Florence Cestac qui dit que, si, dans  votre entourage   quelqu'un   vous demande ce qu'on mange ce soir, quelqu'un   de faire du baby sitting et , cerise sur le gâteau, il y a une personne âgée atteinte d'Alzeihmer à soigner, c'est que vous avez soixante ans. Quelques planches pour se faire une idée :

 

 

 

 Le démon du soir

 

 

 

Michelle Barnier a fait une triomphe avec un spectacle inspiré d'une précédente bande dessinée. 

 


 
 
posté le 26-05-2013 à 20:38:38

Le front populaire : à nous la vie

Sur public Sénat, on pouvait voir aujourd'hui une vidéo sur le front populaire. Intéressant pour se rappeler l'essentiel : la grève de 36, l'abandon par le front populaire des révolutionnaires espagnoles, laissant ainsi un boulevard pour Hitler et le fascisme, la fuite des capitaux, la mise en coupe réglée du monde du travail après 1938 à qui le pouvoir en place impose le recul des droits acquis en 1936. Beaucoup de situations ressemblent à celles d'aujourd'hui, les discours envers les ouvriers par les  socio démocrates sont les mêmes qu'on entend aujourd'hui. De quoi éprouver un curieux sentiment de décalage spatio-temporel.

 

 

 

A revoir sur public Sénat :

 

lundi 27/05/2013 à 17h15
samedi 01/06/2013 à 15h15
dimanche 02/06/2013 à 09h00

 

 Vidéo

 


Commentaires

 

1. Etoile0003  le 30-05-2013 à 13:16:46  (site)

J'ai pas vu,merci je regarderai, tout est un éternel recommencement,malheureusement .bisous.

2. alderic25  le 30-05-2013 à 16:33:15  (site)

Un éternel recommencement, pas vraiment, sinon, nous connaitrions à nouveau l'esclavage, mais qu'il faille remettre cent fois l'ouvrage sur le métier pour un peu d'évolution, sûrement oui...

3. Etoile0003  le 31-05-2013 à 12:46:57  (site)

Aujourd'hui nous sommes des esclaves de la société bisous

4. alderic25  le 01-06-2013 à 18:59:45  (site)

,,Bisous, bonne journée.

 
 
 
posté le 22-05-2013 à 13:09:26

Suspension de la grève à Aulnay

 

 

 
 
 
 
 


 
 
posté le 16-05-2013 à 12:44:34

L’ANI : un accord signé par les « chiens de garde » de la flexibilité


 

 

L'ANI  : un accord signé par les chiens de garde de la flexibilité 

 

Les mesures prévues par « l’accord de maintien dans l’emploi  » ou mises en œuvre au titre de la « mobilité interne  » sont susceptibles d’entraîner une remise en cause d’un ou plusieurs éléments essentiels du contrat de travail du salarié. Celui-ci peut accepter ou refuser la révision des conditions du contrat le liant à son employeur.

En cas de refus, l’ANI ouvre très explicitement la voie du licenciement


 

" Le premier alinéa (...)  indique que « bien que s’imposant au contrat de travail, l’accord de maintien dans l’emploi requiert néanmoins l’accord individuel du salarié, pour l’application de ses dispositions se substituant à celles de son contrat suspendues par ledit accord  ».

Mais le défaut d’accord individuel ne permet pas au salarié d’obtenir le maintien en état de sa situation contractuelle.

Il est en effet précisé par le troisième alinéa de l’article 7 qu’ « en cas de refus du salarié des mesures prévues par l’accord, la rupture de son contrat de travail qui en résulte s’analyse en un licenciement économique dont la cause réelle et sérieuse est attestée par l’accord précité  ».

 

 « Le refus par un salarié d’une modification de son contrat proposée dans les conditions définies au présent article n’entraîne pas son licenciement pour motif économique. Il s’agit d’un licenciement pour motif personnel ouvrant droit à des mesures de reclassement telles qu’un bilan de compétence ou un abondement du compte personnel de formation  ».

 ETC

 

 

 

Tags: #travail
 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article