poil à gratouiller

livres, films, économie...

posté le 03-08-2014 à 15:46:10

blog de Sylvain Brouard

Ce blog de bonne tenue a été connu grâce à arrêt sur image. La presse fausse le débat sous le poids des actionnaires en accumulant les poncifs contre la SNCF.  Dans ce monde de chiens de garde,  Sylvain Brouard    permet  l'échange d'informations et un débat de qualité sur l'enjeu de garder le service public et d'étendre la pratique  du  ferroutage.
 


 
 
posté le 31-07-2014 à 23:28:08

Un SDF condamné à quatre mois ferme pour avoir volé 17,20 euros dans une cathédrale

Un SDF condamné à quatre mois ferme pour avoir volé 17,20 euros dans une cathédrale

 

La justice est ferme pour les petits délinquants. On aurait aimé qu'elle le soit pour les banquiers  et leurs clients qui escamotent des milliards d'euros. 

 

 Secret des affaires

Pour les entreprises, les députés socialistes ont déposé une proposition de loi   renforçant le secret des affaires même pourries comme l'affaire des prothèses PIP.  La justice pourrait ainsi condamner les lanceurs d'alerte, salariés, militants syndicaux ou journalistes.   Belles démonstrations d'une justice de classe.   

 


 
 
posté le 30-07-2014 à 14:32:11

Les bombes à l'uranium de l'armée américaine

Recycler l'uranium coûte des fortunes. L'armée américaine a trouvé un débouché pour les déchets nucléaires : balancer des bombes à l'uranium sur les populations civiles des pays contre lesquels l'Amérique a déclaré la guerre. Longtemps après le retrait des soldats américains, ces déchets radioactifs continuent le massacre.

 

A voir :  les enfants sacrifiés de Falloujah  vendredi 01/08/2014 à 10:30 sur La Chaîne parlementaire.

 

Les soldats américains sont aussi victimes de ces armes. Ils ne savent pas que les armes sont radioactives. Un GI montre la photo de sa section: la majorité a cessé de vivre quelques années après la prise du cliché. A la fin de la vidéo, on entend les soldats américains éclater de rire à chaque cible touchée. Le scientifique qui montre le reportage  conclut "vous riez à votre futur cancer".

 


 
 
posté le 25-07-2014 à 13:42:48

Les raisons du massacre à Gaza

" Lle gaz ne peut pas être extrait sans une opération militaire qui éradique le contrôle du Hamas à Gaza ». Moshe Ya’alon, ministre israélien de la Défense, 2007.

 

Pour comprendre quelle est une des raisons de l’attaque israélienne contre Gaza il faut aller en profondeur, exactement à 600 mètres sous le niveau de la mer, à 30 Km au large de ses côtes. Là, dans les eaux territoriales palestiniennes, se trouve un gros gisement de gaz naturel, Gaza Marine, estimé à 30 milliards de mètres cubes d’une valeur de milliards de dollars. D’autres gisements de gaz et pétrole, selon une carte établie par la U.S. Geological Survey (agence gouvernementale étasunienne), se trouvent en terre ferme à Gaza et en Cisjordanie.

 

En 1999, avec un accord signé par Yasser Arafat, l’Autorité Palestinienne confie l’exploitation de Gaza Marine à un consortium formé de British Group et Consolidated Contractors (compagnie privée palestinienne), avec respectivement 60% et 30% des actions, dans lequel le Fonds d’investissement de l’Autorité Palestinienne a un pourcentage de 10%. Deux puits sont creusés, Gaza Marine-1 et Gaza Marine-2. Mais ils n’entrent jamais en fonction, car bloqués par Israël , qui veut tout le gaz à des prix cassés. Par l’intermédiaire de l’ex Premier ministre Tony Blair, envoyé du « Quartet pour le Moyen Orient », est préparé un accord avec Israël qui enlève aux Palestiniens les trois quarts des futurs revenus du gaz, en versant la part qui leur revient sur un compte international contrôlé par Washington et Londres. Mais, immédiatement après avoir gagné les élections de 2006, le Hamas refuse l’accord, en le qualifiant de vol, et demande sa renégociation. Suite de l'article 

 

 

 


Commentaires

 

1. titeflamme  le 25-07-2014 à 14:25:33  (site)

Bonjour,
Je suis révoltée !!!
Le monde est pourri...J'ai des amis palestiniens, et c'est l'enfer qu'ils vivent! quelle injustice flagrante, personne ne semble s'y intéresser.
Bien qu'ayant des opinions politiques, je ne m'y interréssse pas plus que ça. Les dés sont pipés quoi que l'on fasse, nous, le peuple !!! On nous endort, on nous formate le cerveaux, bref..J’arrête là...Merci pour ton billet.smiley_id119177

2. alderic25  le 25-07-2014 à 20:37:11  (site)

On essaie de nous endormir, mais nous avons tous les moyens de nous informer. Déjà être lucide pour ne pas être manipulé comme l'ont été les peuples lors de la guerre de 14-18 qui était uniquement une guerre de débouchés de marchés pour les pays européens. "on croit mourir pour la patrie, on meurt pour des industriels" disait Anatole France. Merci pour ta visite et ne te décourage pas, dire que tu n'es pas d'accord avec ce qui se passe, c'est déjà beaucoup.

 
 
 
posté le 22-07-2014 à 21:13:49

Le bras de fer des métallos

" la grève coûterait 20 millions d’euros par jour, et les organisations patronales affirment que celle-ci va gravement endommager un secteur déjà en difficulté.   Si on voulait pousser les entreprises à s’installer ailleurs, on ne s’y prendrait pas autrement, fulmine l’économiste Mike Shüssler. Le pire, c’est que les travailleurs perdent plus d’argent dans ces grèves, qui durent plusieurs semaines, qu’ils n’en gagnent à l’issue des négociations ». Non ça ne se passe pas en France, mais en Afrique du Sud où le patronat tient exactement le même discours. 

 

 

Le bras de fer des métallos sud-africains

 

 

La grève des métallos, qui en est à sa quatrième semaine, succède à un autre mouvement dans les mines de platine, qui a duré cinq mois.
 

Dans un quartier industriel du sud de Johannesburg, entre une station-service et un parking de camions, une trentaine de grévistes écoutent les consignes d’un délégué syndical. Dans la fraîcheur de l’hiver austral, ils entonnent des chants révolutionnaires, barre de fer ou brique à la main, alors que se prépare la tournée matinale. «Tous les jours, nous passons devant les entreprises de la zone pour nous assurer que les activités n’ont pas repris, dit Lucas Mokgethi, 60 ans, employé dans une usine qui fabrique des équipements miniers. Les employeurs envoient des sms pour inciter les ouvriers à retourner au travail. Mais nous ne nous laisserons pas faire. Peu importe combien de temps cela doit durer.» Le syndicat sud-africain des métallurgistes (Numsa) entame sa quatrième semaine de grève. Une nouvelle offre salariale du patronat a été faite ce mardi et Numsa a jusqu’à la fin de la semaine pour y répondre. (...)  Libération

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article